F115

Notes d'intention images et musique

Je   regarde   F115   comme     étant   un   laboratoire   d’études   et   d’expérimentations comportementales portant son intérêt sur la question d'archives « anciennes » et « futures » fabriquées par nos soins. 
je nomme ce travail « archive » puisque dès la première seconde de l'existence  d'une vision et de sa matérialisation, cela devient un document, comme la première pensée qui en résulte c'est un peu de cette façon que ce déplie mon travail de vidéaste. 
Ces archives étant de mon point de vue une invention pixelisé de nos corps et de notre humanité, qui comme toute vie fictionnelle finie par se retrouver ressentie comme une réalité pouvant être consultable. 
La question de  la répétition et par conséquent d’une certaine fixité rétinienne, me permet de     penser qu'ainsi, l’inscription dans le registre de notre compréhension nous permet  
de s’interroger sur un mouvement répétitif qui, en fin de compte est une ré-interrogation de la question du temps et de l’avancé de celui-ci  face à l’illusion de la fixité.

Dans l’élaboration , l’étude et la fabrication de ces documents passe donc par une étape de mise en boucle des situations comportementales et corporelles . 
Quitter, l’écran, le cadre, afin de permettre de modifier les sensations et les interprétations tout en réinterrogeant notre perception du réel en donnant à voir ces archives dans des situations de « paysages »est la forme qui est apparu la plus intéressante. 
En les mettant  dans un contexte, une situation urbaine, rurale, d’usine, de nature, se pose ainsi la question de l’environnement, du décors  et par la même des incidences qui en découlent, changeant pour une même scène les perceptions tout en étant dans ce postulat : habiter les lieux  de corps et d' esprits  en se donner le droit d’interroger, de questionner une réalité par le truchement d’un mensonge avoué. 
Je  travaille  dans  le  silence  de  mes  images,  juste  le  bruit  des  touches  du  clavier  de l'ordinateur, laissant opérer les musiciens qui improvisent leur matière sonore en m'imaginant qu'ils incarnent la machine qui livrerait les images en leurs donnant sens et vie.
 
       
                                                 

Jean Pierre Perolini

La musique de F115 se nourrit de l’instant présent. Nous ne cherchons jamais l’illustration sonores des images projetées. 
Parfois d’heureux  hasard  se  produisent,  des  convergences  sensorielles  que  certain.e.s éprouveront quand d’autres y seront rétifs. Tant mieux. Notre musique n’est pas écrite et se compose au gré de nos états respectifs, de nos humeurs, des vibrations du lien qui accueille la performance. 
Rien de mystique, tout à l’instant, à l’écoute de l’autre, à ses propositions, à notre besoin de (se) surprendre pour ne jamais raconter la même histoire. Et plus encore, donner à écouter des reliefs contrastés, des univers bruts qui rencontreront les images avec plus ou moins d’à-propos, de distance, de proximité. 
Des images que nous re-découvrons à chaque fois, qui nourrissent nos imaginaires de musiciens improvisateurs, et que nous travestissons (parfois) sauvagement. Au « risque" de proposer une infinité de sens quand images, musique et contexte se rencontrent. 


Jean-Michel Chartier   /   Nikola Kapetanovic   /   Fred Soupa

Médiation artistique